Conférence : Les grandes questions existentielles

« Vraiment wow la conférence des grandes questions existentielles!  Les élèves et moi-même avons apprécié cette rencontre qui nous plonge dans un univers de réflexions. » Annie Richer, enseignante à la Polyvalente Robert-Ouimet (Acton Vale)

J’ai commencé à réfléchir vers l’âge de 15 ans. Mon premiers sujet de réflexion : la mort. Depuis, ça n’a jamais arrêté. Mes multiples voyages en Amériques Latines, Europe et Moyen-Orient m’ont permis de prendre le temps de vivre et de réfléchir la vie.

Au cours de cette conférence, nous ferons donc le tour de grandes questions comme :

  • Dans quelle couche de vérité nous situons-nous ?
  • Pourquoi vouloir vaincre la mort ?
  • Qu’est-ce qui donne du sens à la vie et la vie a-t-elle un sens ?
  • De quoi sommes-nous libres ?
  • Etc.

Des sujets traités avec simplicité et profondeur, tout en remettant en question certains dogmes reçus.

« Les conférences de Rémy Perras permettent aux élèves d’élargir leur horizon, point de départ essentiel dans un cours d’ECR. » Éric Bazin, enseignant à l’École secondaire de Bromptonville

SAUVEZ LE KILOMÉTRAGE :
AUSSI DISPONIBLE EN VIDÉOCONFÉRENCE PRÉENREGISTRÉE !

« Vos vidéoconférences ont suscité plusieurs discussions très intéressantes autant pour les élèves que pour moi. Elles contribuent certainement à enrichir les cours ! » Caroline Côté, enseignante à Baie Comeau

Si je suis en classe ou en auditorium, nous aurons besoin d’un projecteur.

Durée : 60 à 90 minutes


Philosopher avec Le Petit Prince (conférence)

Se plonger dans les pages du Petit Prince peut apporter son lot de réflexions sur le sens de la vie, la mort, l’importance que l’on donne à l’être, au faire et à l’avoir, etc. Dans les réponses proposées dans ce conte, on retrouve la quintessence des valeurs humanistes. Dans un enrobage fleur bleue, de petites […]

« EVERYTHING IS AN EXTRA »

Une ermite dans le nord de l’Inde venait de perdre son seul accès à la technologie moderne : les piles de sa lampe de poche étaient à plat. Plutôt que de se frustrer comme tout bon Québécois aurait fait, plutôt que de chercher à les remplacer, en prenant même quelques back up pour éviter à […]

La mort est vitale

Il semble y avoir au cœur de l’histoire de l’humanité une incapacité à vivre ses deuils. Un réflexe nous poussant à repousser nos deuils. Comme si la nuit, l’hiver, l’absence de lune, le sommeil, la marée basse et l’expiration étaient des encombrants. Comme si le dépouillement était associé à la défaite. Comme si le pommier, l’hiver, était humilié.

Rémy Perras

Célébrant de funérailles : parce que fréquenter la mort permet d'apprécier la valeur de la vie. Et parce que chaque rencontre y est particulière, intense, unique. Formateur, Conférencier et Auteur : parce que philosopher permet de rechercher ensemble une certaine sagesse. Journaliste d'entrevues : parce que c'est le meilleur moyen pour un touche à tout de se satisfaire. Ex-globe-trotter : parce que les voyages forment la jeunesse, parce que c'est la meilleure école, j'ai sillonné ou habité le Québec, le Canada, le Mexique, le Guatemala, la France, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas et l'Inde. Depuis l'arrivée de mes propres enfants... je me suis calmé !

5 commentaires

  • J’ai entendu monsieur Perras à la Victoire de l’amour et j’aimerais savoir si l’on peut de procurer son livre sur les grandes questions existentielles et si oui, à que endroit et à quel prix. Un conférencier hors de l’ordinaire , félicitations pour ce grand homme ‘.
    Ghislaine Denis
    gdenis@tlb.sympatico.ca

    • Bonjour, il est possible de se procurer le livre L’essentielle errance car j’en ai encore quelques copies. Je peux vous en poster une si vous voulez l’acheter.

  • Bonjour, j’ai lu sur votre page une inscription me laissant dans un état de questionnement. Que pensent vos enfants du fait que la mort de l’un d’eux vous porte à le remercier pour cela…
    j’attend votre réponse avec impatience

    • Bonjour Éliade, la mort de notre fille n’ayant jamais été cachée à nos enfants, ils sont parfaitement au courant de toutes les montagnes russes qui ont suivis : détresse, grisaille, lourdeur, désarroi, angoisses, etc. Ils comprennent que ce « Merci d’être morte » n’est pas un manque d’amour. Ils savent, puisque je leur ai dit, que je ne souhaite en aucun cas voir un autre de mes enfants mourir avant moi. Et ils m’entendent régulièrement leur dire : « Merci d’être là! »

      Mais ils comprennent aussi qu’il puisse y avoir éventuellement un aspect de libération, même dans le plus grand des deuils. Et ce ne sont pas les seuls. Je fais des conférences philo dans les écoles et quand je demande aux étudiants de 12 à 16 ans : « Est-ce qu’on peut être libérer de quelque chose qu’on aime? », il n’est pas rare que j’entende : « Quand mes parents s’en vont pour le weekend. » Évidemment, les parents ne sont pas morts! Mais les enfants comprennent déjà que la libération n’empêche pas l’amour.

      Suite à ma propre mort, j’espère que mes enfants en arriveront à pouvoir me dire : « Merci d’être mort! » Le deuil d’un père est un des deuils très important de notre vie, et lorsqu’il est bien vécu, on en ressort plus fort, mieux enraciné et réalisant pleinement l’héritage de son passage dans notre vie. Mais pour cela, il faut bien qu’il meure!

Répondre à Ghislaine Denis Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s