Philosopher avec Le Petit Prince (conférence)

Se plonger dans les pages du Petit Prince peut apporter son lot de réflexions sur le sens de la vie, la mort, l’importance que l’on donne à l’être, au faire et à l’avoir, etc. Dans les réponses proposées dans ce conte, on retrouve la quintessence des valeurs humanistes. Dans un enrobage fleur bleue, de petites perles sont semées.

Professeur de français ou d’ECR :
si la conférence « Philosopher avec le Petit Prince » vous intéresse, écrivez-moi!

Dans les deux personnages principaux (l’aviateur et le Petit Prince), on peut reconnaitre l’auteur, Saint-Exupéry. Au moment où il écrit ces lignes, la guerre fait rage en dehors, avec la deuxième grande, et en dedans, avec un mariage explosif. Écrire « Le Petit Prince » a possiblement été un véritable défoulement.

Au fil de chapitres extrêmement courts, Saint-Exupéry y déverse un grand ras le bol des sottises humaines en tout genre et écorche au passage sa propre bêtise, pour ensuite mettre en lumière quelques vérités intemporelles, dont le grand classique « On ne voit bien qu’avec les yeux du coeur ».

Il ne réalisait probablement pas l’impact et le succès que connaitrait son petit personnage. Au point de se retrouver encore aujourd’hui dans plusieurs « top 10 des livres qui ont marqué ma vie ».

Ceux qui dévorait Foglia savent à quel point le meilleur chroniqueur littéraire du Québec avait d’ailleurs cet impact en sainte horreur. Et je le comprends. D’un point de vue strictement littéraire, c’est mal écrit… la plupart du temps.

Le texte regorge de redondances inutiles, nous répétant par exemple sans cesse à quel point Le Petit Prince « ne renonce jamais à une question ». Et le secret du livre est peut-être là! Comme si la futilité et les mauvaises tournures en général permettaient à certaines phrases géniales d’avoir l’effet de petites bombes de vérité existentielle.

Le personnage même du Petit Prince est en constante contradiction, reprochant aux autres ce qu’il fait lui-même ailleurs dans le texte. De voir cet enfant-roi capricieux nous faire la morale sur ce qui devrait être important dans nos vies est tout à fait paradoxal… mais ça marche!

Le Petit Prince nous permet de prendre conscience de certaines étapes du deuil (« Mais tous ces travaux familiers lui parurent, ce matin-là, extrêmement doux »), ou encore de mieux comprendre ce qui nous définit. Et par-dessus tout, il met en lumière l’importance de ce qui nous relie, et du temps nécessaire pour créer des liens.

À travers les quelques minutes que demande la lecture du Petit Prince, nous avons la possibilité de relire notre vie, ce qui risque d’être un peu plus long! À la fin de cet exercice toutefois, nous pourrons décider de ce qui méritera l’investissement de notre temps, car « c’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante. »

Rémy a été capable de captiver les élèves à partir de son analyse juste et percutante du Petit Prince. Plusieurs ont relevé leur besoin d’aller plus en profondeur et de s’attarder sur ce qui compte vraiment. Un moment fort (et phare) de l’année. 

Isabelle Larivière, enseignante de français, Le Salésien

Lutte contre le Brevetage du vivant : le « retour » d’un « vieux » combat

Breveté une invention mécanique ou un procédé mécanique est une chose. Mais breveter le gène que l’on découvre grâce à ladite invention, c’est autre chose. Vous imaginez si on commençait à breveter toutes les nouvelles espèces animales et végétales que l’on découvre à chaque année ? Une araignée jusqu’ici inconnue ? Un brevet. Un singe jamais observé ? Un brevet. Et ainsi de suite pour les centaines de petits nouveaux à chaque année, car oui, à chaque année, des centaines de nouvelles formes de vie, animale ou végétale, sont découvertes. Ça ne tiendrait pas la route. La découverte ne justifierait en rien la possession de ce qui existait déjà. Pourquoi en est-il autrement parce qu’on est dans le domaine de la génétique ?

Entorse lombaire démocratique

Cette semaine, j’ai failli me faire une entorse lombaire en transportant mon imprimante. Si c’était arrivé, je suis bien convaincu que personne ici ne m’aurait dit d’arrêter de me plaindre parce que je n’ai pas un cancer stade 4. Pourtant, tellement de personnes l’ont fait en réduisant tous les manifestants contre le passeport vaccinal à […]

Rémy Perras

Célébrant de funérailles : parce que fréquenter la mort permet d'apprécier la valeur de la vie. Et parce que chaque rencontre y est particulière, intense, unique. Formateur, Conférencier et Auteur : parce que philosopher permet de rechercher ensemble une certaine sagesse. Journaliste d'entrevues : parce que c'est le meilleur moyen pour un touche à tout de se satisfaire. Ex-globe-trotter : parce que les voyages forment la jeunesse, parce que c'est la meilleure école, j'ai sillonné ou habité le Québec, le Canada, le Mexique, le Guatemala, la France, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas et l'Inde. Depuis l'arrivée de mes propres enfants... je me suis calmé !

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s